domingo, 23 de julio de 2017

les hamacs sourient toute la journée
la nuit, ils le font prudemment  
                                                        vers l’intérieur des rêves
où nous oscillons  jusqu’à être divisés en bandes de lumière.

un placenta filé d'air et  soleil                                        
                                         pend des crochets de tes yeux.

les lits ne sont plus bons pour le repos
                                                 mais pour esquiver les balles.
                                                                      et les naufrages.
je respire.
le rideau se lève.

un regret wayuu est le parfum de mon sang.
                               les fleurs rouges
                                                qui poussent dans ma poitrine.

un tir propre vers l'iris.
Je ne veux pas revenir à cette légèreté
                                                           éternelle
                                                                          de pomalacas.



Du recueil de poèmes intitulé Viaje (Voyage). Prix Biennal Ramón Palomares. 2015.
Traduit par Zenaida Díaz